Pelland - Une histoire de famille

De la Bretagne aux Amériques.

Antoine ROY

M - 1684


Information Personnelle    |    Médias    |    Notes    |    Carte d'événements    |    Tous    |    PDF

  • Nom Antoine ROY 
    Sexe
    Décès 10 juil 1684  Montréal QC Trouvez tous les individus avec un évènement dans ce lieu 
    ID personne I42080  Ma genealogie
    Dernière modif. 25 oct 2017 

    Père Olivier ROY 
    Mère Catherine BODERGE 
    ID Famille F20160  Feuille familiale  |  Tableau de famille

    Famille Marie MAJOR,   d. 09 déc 1689, Hôtel-Dieu, Québec QC Trouvez tous les individus avec un évènement dans ce lieu 
    Enfants 
    +1. Pierre ROY
    ID Famille F20158  Feuille familiale  |  Tableau de famille

  • Carte d'événements
    Lien Google MapDécès - 10 juil 1684 - Montréal QC Lien Google Earth
     = Lien Google Earth 

  • Portraits
    Carignan Regiment.jpg
    Carignan Regiment.jpg

  • Notes 
    • ROY Antoine dit Desjardins :
      Baptisé le 23 mars 1635 à Saint-Jean de Joigny, 89300, Yonne, Bourgogne.
      Il est le fils d’Olivier Roy, maître tonnelier et de Catherine Baudard (Bouldard pour Jetté).
      Il épouse en première noce, vers 1657, à St Jean de Joigny , Catherine Byot, fille de Jean- Charles et Madeleine Ciesla.
      Ce couple aura 2 enfants:
      1)-Jacques, baptisé le 16/11/1658 à St Jean de Joigny.
      2)- Edmé, baptisé le 13/03/1660, à St Jean de Joigny.

      Nous supposons qu' il s' enrôla dans la compagnie de Froment après le décès de sa femme.
      Après son arrivée, la compagnie fut cantonnée à Trois-Rivières jusqu’au départ des troupes en 1668.
      Le 20 octobre 1667, les Jésuites lui concèdent une terre à Batiscan.
      Suite à son installation, il prend pour épouse, le 11 septembre 1668 à Québec, (Cont. 6, Not. Leconte), Marie Major, fille du roi et fille de feu Jean Major, de son vivant, receveur de la baronnie de Hanqueville-en-Vexin et d’Aubeuf-en-Vexin, et de feue Marguerite Le Pelé, de la paroisse Saint-Thomas du Hâvre-de-Grâce, (de Touques pour Jetté, Dumas et Landry), évêché de Lisieux en Normandie (Calvados).
      Arrivée en 1668, cette fille du roi apporta des biens estimés à 300 livres. On n’indique pas si elle a obtenue le don du roi de 50 livres.
      Elle fut confirmée le 25 mai 1669 à Québec.
      Sur le contrat de mariage devant le notaire Leconte, on nous dit qu’Antoine Roy apporta 100 livres à la communauté conjugale.
      C’est exactement l’allocation accordée par le Roi à chaque soldat du régiment de Carignan qui choisissait de s’établir au Canada.
      Il retourne en France à l’automne 1678 pour affaires et revient au pays au court de l’été 1679.
      À partir de 1680, les choses se gâtent vraiment pour Antoine Roy. Ses créanciers lance la justice à ses trousses et plusieurs sommations par huissiers lui son parvenues.
      Au recensement de 1681 à Batiscan, il pratiquait le métier de tonnelier. Il est dit âgé de 45ans, Marie Major, sa femme 41ans; ils ont 1 enfant, Pierre, 2ans; Il possédait deux bêtes à cornes et cinq arpents de terre en valeur.
      Il va sans dire, que plusieurs dettes lui valent beaucoup de comparutions devant le juge de Trois-Rivières.
      En 1683, il se rend à Montréal, où il loge chez Julien Talua dit Vendamont, à Lachine.
      Le 10 juillet 1684, Julien Talua le surprend au lit avec sa femme Anne Godeby et le tue.
      Marie Major, après l’assassinat de son mari, cela dû lui briser le cœur et empoisonner son existence. Traquée par des créanciers impitoyables, dépouillée par eux de sa propriété de Batiscan, réduite à rien, elle va trouver asile à Québec, où Pierre son fils, un adolescent de 15 ans, devra pourvoir à leur subsistance, en exerçant le métier de tonnelier appris par son père.
      Marie Major décède à l’Hôtel-Dieu de Québec, le 8 décembre 1689, où elle se trouvait hospitalisée depuis le 16 novembre, tel qu’inscrit au
      « Registre Journalier Des Malades qui viennent, sortent et meurent dans Lhotel Dieu de Kébec an Lannée mille six cent quatre vingt neuf, Commençant au mois de Juin de La mesme année ».

      Ménage établi à Batiscan. (1 enfant)
      1)-Pierre, né vers 1679.

      Transcription de l'anglais par AltaVista -Babel Fish traducteur en ligne

      Antoine Roy a beaucoup de descendance en Nouvelle-France.
      Avec son épouse Marie Major, ils ont eu seulement un fils, Pierre mais ce dernier s'est marié trois fois et a eu 15 enfants
      Antoine Roy dit Desjardins vient de la paroisse catholique romane de St Jean, dans la ville de Joigny en Bourgogne, France. Joigny est localisée approximativement à 90 kms au sud-est de Paris, sur la rivière l'Yonne.
      La commune de St.-Jean fait parti de l'archidiocèse de Sens.

      Antoine a été baptisé par le Père Paul Lery, prêtre de la paroisse de St.-Jean,
      le 23 mars 1635 Ses parents sont Olivier Roy et Catherine Bauldard.
      Ses grands-parents maternels sont Antoine Baulard et Marie Collar.

      Olivier Roy et Catherine Bauldard ses parents se sont mariés en 1625 ou 1626, Car le registre de la paroisse de St Jean donne la naissance du premier enfant, une fille nommée Catherine, baptisée en 1627. Le même registre indique que, Antoine a sept sœurs et deux frères, il était le sixième enfant né de la famille.
      La mère d'Antoine, Catherine Bauldard est morte le 20 décembre 1659.
      Olivier Roy est mort le 6 décembre 1661. Leurs dates de naissance sont inconnues

      Plusieurs hommes, qui étaient aussi soldats du régiment de Carignan deviendront associés à Antoine, dans les années suivantes. Dans ceux-ci ont compte Jean Gely dit Laverdure, Jacques Babie dit Larivière ,Laurent Cambin, dit Châtellerault, Antoine Adhémar Sieur de Saint-Martin et Michel Roy. Antoine a obtenu, de la part des Jésuites du Cap De-La-Madeleine, une concession (ou "habitation") de terre située dans leur Seigneurie de Batiscan. Cette transaction a été enregistrée le 20 octobre 1667 par le notaire Guillaume de La Rue

      Renseignements : "The American-Canadian Genealogist" écrit par Aurore Dionne Eaton, volume 21, numéro 1, Winter 1995, 13 mars 1999
      (Tanguay, vol.1, p.533; Jetté, p.1018; Drouin, vol.2, p.1195; Dumas, p.291; Landry, p.344; Sulte, Hist., vol.5, p.61 (2); R.M. Le Régiment de Carignan, p89; George Desjardins s.j., dans MSGCF, vol. VI (2), p.53-77 et 78-92, vol. VII (1),p. 19-30 et 31-54, vol.VII (3), p.143-170, vol.VIII (3), p.179 et (89), p.168; DBAQ, t4, p.303; Langlois, p.457-458) Recensement de 1681.