Les Pelland de la Bretagne aux Amériques

Notes


Arbre:  

Résultats 301 à 400 de 3,046

      «Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 ... 31» Suivant»

 #   Notes   Lié à 
301 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I207413)
 
302 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I13585)
 
303 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I238752)
 
304 A tenté le suicide 25 février 1892 Hartford CT

Tries to Burn Herself in Bed
Date: December 06, 1905
Location: Minnesota
Paper: Duluth News-Tribune
Article type: News Article

3) Crazed by Sickness Charles Fanyon Cuts His Throat with a Penknife While under Arrest Hartford, Conn, Feb 25
Date: February 26, 1892
Location: Massachusetts
Paper: Boston Daily Advertiser 
FANYON, Joseph (I107044)
 
305 À Torrington CT en 1910 LAPORTE, Léopold Conrad (I222758)
 
306 A tous ceulx qui ces lettres verront, Guillaume, seigneur de Tignonville, chevalier, chambellan et conseillier du roy nostre sire, garde de la prevosté de Paris, salut. Savoir faisons que par devant Estienne Boileaue et Nicaise le Munier, clers notaires du roy nostre dit seigneur, de par lui establiz ou Chastellet de Paris, fupersonnelmentestabli noble homme et sage, monseigneur Jehan de Poupaincourt, chevalier, seigneur de Lyencourt, premier president pour le roy nostre sire en son Parlement a Paris, enferme de corps, toutevoies sain de pensee, de bon sens et entendement, comme il apparoit par sa parole, pensant et desirant de son cueur et de tout son povoir acquerir l'amour de Nostre Seigneur Jhesu Crist et le sauvement de son ame, et des biens et choses que nostre doulx Sauveur lui a donnez et prestez en ce monde mortel ordonner et disposer par ordonnance testamentoire ou derraine voulenté, fist et ordonna icelle ou nom du Pere, du Filz et du benoist saint Esperit en la maniere qui s'ensuit.

Premierement, il, comme bon catholique et en recognoissant devotement son doulx createur Nostre Seigneur Jhesu Crist, li recommenda son ame quant de son corps departira, a la glorieuse Vierge Marie sa mere, a monseigneur saint Pere et saint Pol, a monseigneur saint Michiel l'arcange et a toute la benoiste et celestiel court de Paradis.
Item, il eslit la sepulture de son corps en l'eglise monseigneur Saint Florent de Roye, ou cueur devant le grant autel d'icelle eglise, et veult et ordonne que sur son corps ait une tombe tele que il plaira a ses executeurs cy apres nommez et a leur voulenté et ordonnance.
Item, il veult et ordonne que ses debtes et ses torsfaiz qui deuement apperront soient par ses diz executeurs paiez et amendez, mais il veult et ordonne, que en tant qu'il touche le salaire et ce qui sera deu a ses serviteurs, tant de son hostel de Paris comme ailleurs, soient [fol. 98] laboureurs ou autres, que madame Perrenelle sa femme en soit creue seule et pour le tout, et que ce que elle vouldra dire et ordonner sur ce qu'il leur sera deu, que iceulx serviteurs soient de ce paiez.
Item, le dit testateur veult et ordonne que, tantost qu'il sera alez de vie a trespassement, il soit porté au dit lieu de Roye, et que en le portant au dit lieu, il soit porté a Sercelles, a Liencourt en Beauvoisis, a Buvrines ou il fu nez, et que en chascune eglise des diz lieux soit chanté et celebré sur son corps unes vigiles et messe; et laisse et donne a chascun curé des dictes villes xl solz Parisis et a l'euvre de chascune eglise xl solz Parisis.
Item, apres son dit enterrement fait son service soit fait en l'eglise Saint Jehan en Greve, a Paris, dont il est parroissien, et ordonne estre donné aux povres pour Dieu lx livres Tournois, et tout ce estre fait a l'ordonnance de ses diz executeurs.
Item, il donne et laisse a l'euvre de la dicte eglise Saint Jehan en Greve xl solz Parisis, au curé d'icelle eglise xl solz Parisis.
Item, il donne et laisse a l'eglise des Billettes de Paris une couverture de lit de cendail vermeil, du pris de xxiiii livres Parisis.
Item, il donne et laisse a l'Ostel Dieu de Paris x livres Parisis.
Item, il donne et laisse aux quatre ordres Mendiens principaux a Paris a chascun xx solz Parisis et diront vigiles en la dicte eglise Saint Jehan en Greve a son service.
Item, oultre ce que dessus est dit, il donne et laisse a l'ouvre de la dicte eglise de Buvrines xx solz Parisis de rente que le dit testateur prent sur les heritages de Jehan Bequet, et avecques ce donne a la dicte euvre toutes les terres arables que il a ou terroir de la dicte ville de Buvrines, parmi ce que la dicte euvre soustendra dores en avant a tousjours les quatre angeloz qui sont aux quatre cornez du grant autel d'icelle eglise, et les alumera la dicte euvre. Et si feront chanter les marregliers de la dicte eglise chascun an a tousjours en tel jour que le dit testateur trespassera, un obit solennel pour l'ame de lui.
Item, il donne et laisse a tousjours a la dicte eglise Saint Florent de Roye son bois appellé la Rigale, parmi ce que chascun an a tousjours [fol. 99] les chanoines et beneficiez de la dicte eglise diront unes vigiles solenneles et le lendemain messe en tel jour que le dit testateur trespassera, et distribueront aux presens d'icelui service, tant chanoines comme chappellains et vicaires de la dicte eglise, vi livres Parisis de la revenue du dit bois, et le surplus sera emploié ou luminaire et vestemens d'icelle eglise.
Item, le dit testateur veult et ordonne estre. fondee une chappelle ou chappellenie en la dicte eglise Saint Florent de Roye de une messe de Requiem estre chantee et celebree chascun jour de l'an a tousjours perpetuelment pour les ames de lui, de ses amis et bienfaicteurs, et pour ce faire laisse la somme de mil escus d'or pour une foiz, et se la dicte somme de mil escus ne souffisoit, le dit testateur veult et ordonne que ses heritages qu'il a acquestez a Pons Saincte Maixence et a Pompoint et environ soient vendus et alienez pour la perfection de la fondacion de la dicte chappelle ou messe perpetuelle chascun jour, et veult le dit testateur que tout ce soit fait a l'ordonnance de ses diz executeurs.
Item, il donne et laisse aux Cordeliers de Roye xx solz Parisis pour une fois.
Item, a l'ostel Dieu d'icelle ville xl solz Parisis, et diront vigiles et messe.
Item, il veult et ordonne que a tous les povres qui vendront au dit lieu de Roye le jour de son obseque, qui se fera ilec, soit donné et baillé a chascun un blanc de quatre deniers Parisis.
Item, il veult et ordonne que a tous les prestres de la dicte eglise Saint Florent, c'est assavoir, celui qui dira messe, le dyacre, soubzdiacre et choriers, soit baillé a chascun viii solz Parisis, et a chascun des autres chanoines de la dicte eglise qui sera present aux vigiles et messe de son dit service vi solz Parisis, a chascun chappellain et a chascun vicaire de la dicte eglise iiii solz Parisis, aux enfans de cuer de la dicte eglise a chascun enfant xii deniers Parisis, et a chascun prestre de la dicte ville de Roye et du païs environ qui vouldront chanter messe pour son ame iii solz Parisis.
[fol. 100]
Item, il donne et laisse a Katherine, sa suer, x livres Tournois pour une fois.
Item, a Marie, sa suer, x livres Tournois.
Item, il donne et laisse a Thibaut de Maiseray et a damoiselle Blanche sa femme, fille du dit testateur, tout ce que ilz li pevent devoir, et veult que leurs obligacions leur soient rendues et baillees franchement et quictement.
Item, il donne et laisse a la dicte eglise Saint Florent de Roye tous les aornemens qu'il a en sa chappelle de son hostel de Paris, c'est assavoir, vestemens, nappes d'autel, calice, corporaux, paix, plaz, chandeliers, burettes d'argent, messel et breviaire, a eulx estre baillez et delivrez apres le trespassement de la dicte madame Perrenelle sa femme, a laquelle il prie que ou dit don elle, ne autre pour elle, ne mette aucun empeschement, et que ce present lais et don, en tant que a elle puet touchier et regarder, elle vueille consentir et avoir agreable. Et ou cas que elle ne le feroit ainsi, il ordonne que ceulx de la dicte eglise de Roye soient contens de en avoir la moitié, laquelle moitié ou dit cas leur sera baillee tantost apres le trespassement du dit testateur.
Item, il donne et laisse a Guilleminle Clerc, son nepveu, estudiant a Orleans, tous ses livres de droit canon, avec iic escus pour une fois, sauf toutesvoies son cours de loys et son signé qui seront trouvez en son estude; lesquelx cours de loys et signé le dit testateur donne et laisse a Aubelet le Clerc, frere du dit Guillemin.
Item, il donne et laisse au dit Aubelet sa maison, ou demeure a present maistre Pierre de Marrigny, advocat en Parlement, laquelle fut Colin de Condé, parmi ce qu'il sera tenus de aler a l'escole et estudier et ou cas que ainsi ne le fera, il le prive du dit lais et laisse ou dit cas la dicte maison au dit Guillemin.
Item, il donne et laisse encores au dit Aubelet cent escus pour une foiz pour aprendre a l'escole, qui li seront distribuez par les mains du dit maistre Pierre de Marigny, selon ce que le dit maistre Pierre verra que le dit Aubelet en aura besoin.
[fol. 101]
Item, il donne et laisse a Gieffrin, son nepveu, cent escus pour une foiz avec sa Bible.
Item, il donne et laisse a Colin le Breton, son nepveu, cent escus pour une foiz avec ses heritages de Pompoint et de Pons et environ, s'ilz demeurent sans estre vendus pour la cause dessus escripte.
Item, a Margot, sa niepce, fille feu Jehan le Clerc, vc escus d'or pour son mariage, a les distribuer par les mains du dit maistre Pierre de Marigny, quant le cas escherra, avec sa terre qu'il a au dit lieu de Roye.
Item, a Jehannette, sa niepce, fille Mahieu Breton, vc escus pour son mariage.
Item, a Jehannette de Haynaut, sa niepce1, iic escus pour entrer en religion, et s'il advient que ses dictes niepces ou aucune d'elles aille de vie a trespassement avant ce que elles soient mariees ou mises en religion, il ordonne et veult que les lais a elles ainsi par lui faiz soient nulz au regart de celle ou celles qui ainsi seroient trespassees ou qui mises seroient en religion, et pareillement de Colin le Breton, et aussi que, se elles ou aucunes d'elles sont mariees la vie durant du dit testateur, ces presens dons et laiz seront nulz au regart de celles qui seroient mariees ou mises en religion.
Item, il donne et laisse a Margot, sa niepce, fille feu Jehan Villain, lx escus pour la mettre en aucune religion.
Item, il donne et laisse aux quatre filles du dit maistre Pierre de Marigny iic escus pour une foiz, pour l'avancement de leurs mariages, en la maniere et selon les condicions que dessus est escript de ses niepces.
[fol. 102]
Item, il donne et laisse a Jehannin de Marigny, son nepveu, son Catholicon.
Item, il donne et laisse a chascun de ses serviteurs et serviteresses qui le serviront en son hostel au jour de son trespassement dix frans.
Item, il donne et laisse a damoiselle Blanche, sa fille, femme du dit Thibaut de Maiseray, sa terre de Lyencourt, en la maniere que il la possidera au jour de son trespassement, avecques ses terres de Sercelles, du Marchaiz, de Noisy, et sa maison ou il demeure a Paris, a la charge du douaire de la dicte madame Perrenelle, sa femme, pour en joir par icelle damoiselle Blanche sa vie durant tant seulement et comme viagiere. Et ou cas que Dieux lui donroit hoir masle de son corps, ledit testateur des maintenant pour lors et des lors pour maintenant donne et laisse au dit hoir masle la proprieté des dictes possessions ainsi par lui donnees a vie a la dicte damoiselle Blanche, sa fille, et jusques a ce que aucun en apperra qui vive apres elle, le dit testateur veult et ordonne que Jehan de Poupaincourt, dit Souyllart, son frere, se porte et soit seigneur proprietaire de la dicte ville et terre de Lyencourt et des environs; et en ce cas le dit testateur li donne et laisse la dicte proprieté ainsi entiere que il la possidera au dit jour de son trespassement, et s'il avient que le dit Souyllart aille de vie a trespassement sans hoir masle de son corps, ou dit cas le dit testateur donne et laisse la dicte terre de Lyencourt au dit Guillemin, son nepveu.
Item, il donne et laisse a Jehan de Poupaincourt, filz du dit Jehan de Poupaincourt, dit Souyllart, filleul du dit testateur, la proprieté de la terre de Sercelles et du Marchaiz, a en joir par lui apres le trespassement de la dicte damoiselle Blanche sur les conditions, devant dictes et ycelles reservees.
Item, le dit testateur quicte le dit Souyllart de toutes receptes et autres choses qui li pourroient estre demandees, a cause de ce qu'il s'est entremis de ses besoignes.
Item, et ou cas que la dicte damoiselle Blanche, sa fille, auroit filles de son corps, le dit testateur ou dit cas donne et laisse des maintenant [fol. 103] pour lors aus dictes filles sa maison de Paris ou le dit testateur demeure, qui fu Jehan de Flory, la maison et heritages de Noisy et du Marchaiz, nonobstant le lais que fait a du dit Marchaiz au dit Jehan de Poupaincourt, au regart du dit Marchaiz seulement.
Item, il donne et laisse a Jehannin, filz de Clemence sa niepce et de maistre Pierre de Marigny, sa maison, terres et appartenances de Lusarches.
Item, il donne et laisse a la dicte Climence, sa niepce, sa bonne robe d'escarlate toute entiere, ainsi que elle sera.
Item, a Ysabelet, femme maistre Benoist Beth, sa robe de vert d'Eugleterre toute entiere.
Item, a Jehannette, Elle d'icelle Ysabelet, cinquante frans pour son mariage.
Item, il donne et laisse au dit Souillart, son frere, deux de ses chevaux, lesquelx qu'il vouldra choisir, avecques ses armeures toutes.
Item, il veult et ordonne que tous les lais dessus diz touchans biens meubles, ses obseques et funerailles, et toute la despense qui pour ce acomplir fauldra faire, soient prins premierement et avant toute euvre sur tous ses biens meubles; et ou cas que ses biens meubles ne souffiroient pour ce faire et acomplir, que ses terres de Pons et la maison du dit testateur ou il demeure a Paris soient vendues et adenerees, sans en faire aucune restitucion a ceulx a qui il les laisse par ce present testament.
Item, il donne et laisse a chascun de ses executeurs qui se vouldront entremettre de son execucion un gobelet d'argent doré, pesant deux mars ou environ.
Item, a Jehannete la Monnete et aux bonnes femmes de la Chappelle feu Estienne Haudry dix frans, c'est assavoir, a la dicte Jehannete un frans, et aux autres femmes de la dicte chappelle VI frans. Pour toutes lesquelles choses en ce present testament et ordonnance de derraine voulenté, le contenu en ycelles, et les circonstances et dependences enteriner, acomplir et mettre a execucion et fin deue selon leur teneur, le dit testateur fist et eslut, nomma et ordena ses [fol. 104] executeurs et feaulx commissaires, la dicte madame Perrenelle, sa femme, honnourables hommes et sages, maistre Pierre le Fevre, conseillier du roy nostre sire, maistre Pierre le Cerf, procureur general du roy nostre seigneur, maistre Pierre de Marigny, Jehan de Poupaincourt dit Souyllart, dessus nommez, et Guillaume de Lachenau, son clerc, ausquelxsix executeurs, aux cinq, quatre, trois ou deux d'iceulx, desquelx deux executeurs soit tousjours l'un la dicte madame Perrenelle, sa femme, ou le dit maistre Pierre de Marigny, le dit testateur a donné et donne plain povoir, auctorité et mandement especial de ce faire et tout ce qui y appartendra; es mains desquelx ses executeurs, des cinq, quatre, trois ou deux, ainsi que dessus est dit, le dit testateur se dessaisy de tous ses biens quelxconques, voulant que d'iceulx les diz executeurs fussent et soient saisiz et vestus jusques au plain acomplissement du contenu en ces presentes lettres et des deppendences d'icelles, en les soubzmetant avec la cognoissance et reddicion du compte de ce present testament a la court de Parlement et de toutes autres cours et jurisdicions, et rappella, revoqua et mist au neant tous autres testamens, codicilles ou ordonnances de derraine voulenté qu'il pourroit avoir faiz et ordonnez avant la date de ces presentes lettres testamentoires; lesquelles, le contenu en ycelles et leurs circonstances et deppendences il veult et ordonne valoir, tenir et estre acomplies par la meilleur forme et maniere que valoir pourront et devront.

En tesmoing de ce, nous a la relacion des diz notaires avons mis a ces lettres le seel de la prevosté de Paris, l'an de grace mil iiiic et trois, le mardi quinze jours de may.

N. Le Munier.
Collatio facta est. 
DE POPINCOURT, seigneur de Liancourt et de Sarcelles, Jean (I208152)
 
307 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I93718)
 
308 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I80660)
 
309 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I977)
 
310 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I15331)
 
311 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE JOYEUSE, N. (I209710)
 
312 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE MONTJOIE, J. (I209369)
 
313 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, A.H. (I2464)
 
314 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. MALIGNON, sieur du Rouret L. (I125308)
 
315 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. LYSINGER, H. (I182500)
 
316 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLANT, K.L. (I7832)
 
317 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I67008)
 
318 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, B.L.R.J. (I11118)
 
319 acques Enaud
fils de ...........né vers 1645 et décédé le 2 décembre 1690 à l' âge d' environs 45 ans à Berthier.
Arrivé avec une autre compagnie, il sera muté dans celle-ci. Il reçoit le scapulaire à Québec le 21/09/1665
vers le 23/10/1668 à St pierre de Sorel, Jacques Enaud épouse Marie Leroux (fille du Roy) originaire de Rouen. Ils eurent un fils, Pierre né vers 1669
Aucune trace de leur mariage, pas plus qu'au recensement de 1681 à Sorel; par contre quelques rares évènements; le 25 janvier 1683, Jacques Eneau dit canada est condamné à payer au plaintif Jean Olivier Sept minots de Blé.
Nous le retrouvons dans plusieurs actes avec parfois des orthographes, quelques peu variées. " Pierre Valet soldat du régiment fait dons de tout ces biens à Pierre Hénaud, fils de Jacques Hénaud et de Marie Leroux, sa femme père et mère du dit Hénaud demeurant en la seigneurie du Sieur Berthier, Escuyer" De plus le dit Pierre Valet continue ainsi " outre la dite donation à donné pouvoir au dit Hénaud, père de ce agir et avoir soin de ses affaires et de tous ses biens et de faire et agir pour lui en tout ce qui concerne le dit donateur jusqu'à ce que la dite donation est lieu, déclarant le dit donateur qu'il se prépare à partir pour aller en guerre". Marie Leroux semble plus présente dans la société, car nous la retrouvons le 23 octobre 1673 à la maison du notaire Jean Baptiste Adhémard, à Sorel ou celui-ci rédige le contrat de mariage de Vincent Moriceau, habitant d' Autray et de Marie Anne Beaumont, demeurant à sorel. Sa présence est associé à celle de Pierre Salvaye de Trémont, Pierre Vallet et Joseph Lamy. A St Pierre de Sorel le 4 octobre 1675, " Marie Le Roux femme de Canada" est citée comme marraine au baptême de Marie Jeanne Marcel, et deux ans plus tard soit le 22 janvier 1677, marraine à nouveau, cette fois de Jean Marcel, elle est citée comme " Marie Lereau femme de Jacques Héneau".
Le 3 février 1688 à St Pierre de Sorel, Jacques assiste au mariage de son fils Pierre avec Marie Anne Ratel, fille ainé de Pierre Ratel dit Dragon, originaire de St Herbland, Diocèse de Rouen en Normandie, et de Marie Lemaire son épouse originaire de Romorantin, dans le Loire et Cher.
Jacques décède le deux décembre 1690.
En 1691 Marie Leroux épousera à Sorel Pierre Borneuf. Caporal dans la compagnie du Sieur de Muy.?
Elle décèdera à Berthier et sera inhumé à Sorel le 05/04/1717.
Pas d' enfant pour ce 2ème mariage. 
HÉNAULT, Jacques (I42476)
 
320 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I75884)
 
321 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, G.J.F. (I9225)
 
322 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I58830)
 
323 Acte de naissance donne Victoria E Pellen. PELLEN, Victor Edwin (I85701)
 
324 Acusée du crime d'adultère avec Pierre Vivier et Étienne Roy, elle est comparu devant le Conseil souverein le 21 janvier 1669. Elle est comdamnée 'à estre razé et battue de verges par les carrefours ordinaires de cette ville. et ensuite enfermée dans un lieu seul pour y demeurer'. QUINQUENELLE, Marie Chauvet (I41977)
 
325 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. BAILIE, A.S. (I8768)
 
326 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. TRZECIAK, J. (I13619)
 
327 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I1261)
 
328 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, M.L. (I17101)
 
329 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, C.L. (I16952)
 
330 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. SAVARIA, R.J.P.J. (I118783)
 
331 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I117328)
 
332 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. WILBER, J.N. (I230601)
 
333 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I221653)
 
334 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I2446)
 
335 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I20093)
 
336 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I13218)
 
337 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. IMHOFF, A.F. (I86124)
 
338 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. HORST, A.F. (I188996)
 
339 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I29252)
 
340 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I16099)
 
341 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. TERRIEN, J. (I204683)
 
342 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I95589)
 
343 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I152678)
 
344 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I11562)
 
345 Alexis Pelland came west over the Rockies in 1848 as an HBC employee on a three-year contract which ended in 1851. He worked at Fort Vancouver, where he met his wife and was discharged on December 25, 1851. He remained in the area at least two more years but, according to Munnick, by 1869 he was living in Chinookville on the Washington coast and engaged in fishing (CCR 1, A-63).

http://ubc.bcmetis.ca 
PELLAND, Alexis Dominique (I157)
 
346 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I36385)
 
347 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I117318)
 
348 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, A.M. (I176208)
 
349 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I206107)
 
350 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I248735)
 
351 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I238123)
 
352 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLANT, R. (I7959)
 
353 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I8267)
 
354 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I221447)
 
355 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. SNOOK, T.S. (I21113)
 
356 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I174062)
 
357 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I239704)
 
358 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, A.M.F. (I22139)
 
359 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. CUARÁN, A. (I198825)
 
360 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DEWYEA, M. (I195057)
 
361 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE GHISTELLES, I. (I55083)
 
362 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE CHABAUD, seigneur d'Aspremont, la Tourette R.I. (I200987)
 
363 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLANT, A.D. (I7295)
 
364 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, M.R.J. (I7342)
 
365 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I21807)
 
366 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. FRÉCHETTE, A.M. (I176108)
 
367 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. HENNEQUIN, O.I. (I249279)
 
368 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE MONTRÉAL, A.I. (I209798)
 
369 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. CHORAK, R. (I108133)
 
370 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I118107)
 
371 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I240078)
 
372 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I13573)
 
373 Apellée Marie-Ursule au mariage de sa fille Marie Ursule PELLAND, Magdeleine (I32)
 
374 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I186327)
 
375 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PORTE, P.d.l. (I160315)
 
376 Appertenait le moulin Beausoleil. LÉPICIER, Alexis (I23297)
 
377 Après la mort de son épouse, Thérèse Barbe-Lafortune, survenue le 18 avril 1810, Charles est devenu un ¨ voyageur ¨ . Il fut un des membres de l'expédition
¨ Mackenzie ¨ organisée par la compagnie ¨ Astor Fur Co. ¨ .

Cette expédition quita Lachine en 1810; sans doute en mai. Elle passa par Détroit, puis St-Louis et arriva finalement au fleuve Columbia en 1812, après de nombreuses difficultés et d'incessantes attaques indiennes.

Un poste fut établi à l'embouchure du fleuve Columbia et nommé ¨ Astoria ¨ . Un dénommé Washington Irwing écrivit un livre relatant les événements de cette entreprise; le titre de son roman d'aventure: Astoria.

Charles quitta la côte du Pacifique et revint au Canada, à Berthier, en passant par l'état du Michigan. Son retour se fit sans doute vers 1814 et, l'année suivante, il épousait Julie Lavallée. C'est vers 1830 que, finalement, il s'installa sur la ¨ Grosse-Ile ¨ , située au sud de Détroit, avec toute sa famille. 
BOUCHER, Charles Jean Baptiste (I10423)
 
378 Après le déclenchement de la Deuxième Guerre Mondiale, il demeure dans son pays natal tandis que sa femme et leurs deux fils reviennent au Canada. A la fin des hostilités, il disparaît en tentant de gagner Gilbratar par l'Espagne. Son corps n'a jamais été retrouvé (Mémoires SGCF volume 61, numéro 1, cahier 263, printemps 2010) ALLOUCHERIE, Jean (I8126)
 
379 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I14914)
 
380 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I14915)
 
381 ARCHAMBAULT, LOUIS, artisan, mutualiste et entrepreneur de construction, né le 7 mars 1829 à L?Assomption, Bas-Canada, fils de Louis Archambault, cultivateur, et d?Angélique Prud?homme ; le 11 janvier 1853, il épousa à Saint-Jacques-de-l?Achigan, Bas-Canada, Odile Leblanc, puis le 29 avril 1886, Luce Pelland, de Montréal (décédée en 1898), veuve d?Ambroise Gélinas, dit Lacourse, et le 12 octobre 1898, à Saint-Ours, Québec, Hermine Coderre, veuve de Joseph Cormier, et finalement après, 1900, Marguerite Audet, dit Lapointe ; décédé le 2 octobre 1906 à Saint-Eustache, Québec.

Louis Archambault est le deuxième enfant d?une famille qui comptera trois filles, Célina, Anne, Philomène, et deux autres garçons, Joseph et Urgel-Eugène. En 1863, il quitte Saint-Jacques-de-l?Achigan et s?installe à Montréal à titre d?entrepreneur de menuiserie. Il se joint à la Société canadienne des menuisiers et charpentiers de Montréal, fondée le 6 décembre 1853 par Antoine Mayer à la suite du grave incendie de juillet 1852 qui avait réduit en cendres un quartier de Montréal à l?est du Champ-de-Mars, détruisant plus de 1 000 résidences. Il fallait rebâtir le quart de la ville : c?est pendant cette période de reconstruction qu?Archambault entreprend son action de mutualiste au sein de cet organisme. Ses collègues l?élisent à la présidence en 1865. Entrepreneur-menuisier avec pignon sur rue, il est maître d??uvre à l?Académie commerciale catholique de Montréal [V. Urgel-Eugène Archambeault] et à l?Institut des aveugles. Il sera plus tard engagé comme régisseur des travaux par le Bureau des commissaires d?écoles catholiques romains de la cité de Montréal. Au cours des trois années où il préside la Société canadienne des menuisiers et charpentiers de Montréal, il essaie d?y attirer les menuisiers-charpentiers réticents et de les amener à contribuer à cette caisse de secours en cas de maladie et de décès.

Cette première association, qui est à l?origine de la Société des artisans canadiens-français de la cité de Montréal, se limite à réunir, selon les principes de la mutualité, les artisans d?un seul métier. Elle ne peut ainsi prendre le caractère national visé par les fondateurs. Après une existence fragile de 23 ans, la société doit se dissoudre faute de ne pouvoir compter les huit membres qui constituent le nombre minimum requis. Le 8 octobre 1876, les trois derniers menuisiers-charpentiers liquident la succession en vue de créer une association de bienfaisance ouverte aux membres de « toutes les professions commerciales, industrielles et manuelles » qui ne travaillent pas dans un milieu insalubre ; elle deviendra en fait une coopérative d?assurances-vie.

À la première assemblée provisoire du 9 octobre 1876, Archambault est élu président et, à ce titre, il est autorisé à « toucher les fonds du trésorier de la Société des Menuisiers et Charpentiers de Montréal, c?est-à-dire cent cinquante piastres et d?en disposer pour les fins de l?incorporation de la Société des Artisans Canadiens-Français de Montréal ». Fort de cette résolution, il se met à l??uvre. Il rallie quelques-uns de ses anciens camarades mutualistes. Son frère Urgel-Eugène lui fournit des renseignements sur le fonctionnement des fraternités ouvrières dont il a entendu parler en Europe. Et neuf membres, que l?on considérera comme les fondateurs de la Société des artisans canadiens-français de la cité de Montréal, signent une pétition à l?Assemblée législative de la province de Québec demandant la reconnaissance juridique de la nouvelle société, dont le but sera d?assurer à ses membres des indemnités en cas de maladie et de décès, « moyennant le paiement d?une contribution mensuelle proportionnée à l?âge du candidat, au montant et au système de son assurance » ; le 28 décembre 1876, la société est constituée par voie législative.

Orientée vers le progrès individuel d?abord, la société a des objectifs patriotiques et religieux ; le « progrès du pays » se traduit alors par la « conservation de la langue, des traditions et de la foi ». D?après les recherches de J.-Z.-Léon Patenaude, ce serait en réaction aux sociétés franc-maçonniques ou para-maçonniques comme celle des Foresters que plusieurs sociétés de bienfaisance canadiennes-françaises auraient vu le jour. C?est ainsi que la première condition d?admissibilité à la Société des artisans consiste à « être catholique et n?appartenir à aucune société secrète ou autre défendue par l?Église catholique ». Il faut de plus avoir de bonnes m?urs, jouir d?une bonne santé, ne pas exercer certaines occupations qui sont dangereuses pour la santé, être âgé d?au moins 18 ans et ne pas dépasser l?âge de 45 ans, être Canadien français ou considéré comme tel ou Français et parler la langue française.

Dans son rapport du 5 septembre 1877, le trésorier de la société signale qu?on ne compte encore que 15 membres. Le recrutement est difficile à cause de la crise économique. En 1878, six nouveaux membres seulement s?ajoutent. Malgré les débuts modestes, les pionniers sont tenaces : le bureau des administrateurs se réunit chaque semaine, le mardi à huit heures du soir, pour délibérer. À ses débuts, la société a son local au rez-de-chaussée de la maison de Louis Archambault, qui a transformé son atelier de menuiserie en salle confortable. C?est à cet atelier de la rue Cadieux qu?il a commencé à exercer son métier, le jour.

En 1876, Archambault est devenu président de l?Association Saint-Jean-Baptiste de Montréal. Les membres de la Société des artisans doivent partager ce patriotisme, puisqu?ils se regroupent sous la bannière de leur société afin de participer au défilé de la Saint-Jean-Baptiste, pour la première fois le 24 juin 1884 ; ils sont alors 110 membres.

Archambault est président de la Société des artisans jusqu?en 1884, sauf pendant trois courtes périodes, soit du 5 septembre 1878 au 6 mars 1879, du 3 mars au 5 avril 1881 et du 6 mars au 19 juin 1883. L?essayiste Jacques-André Lamarche explique ces intérims par le fait que « le métier d?entrepreneur-menuisier oblige [Archambault] à s?éloigner de sa demeure assez souvent ». En janvier 1880, on retrouve Archambault à la tête du conseil d?administration de la Banque Ville-Marie. Ce nouveau conseil se voit dans l?obligation de liquider la banque. Mal gérée au cours de la crise des années 1870, durant laquelle un trop grand nombre de prêts ont été accordés, elle ne peut plus rembourser. Le nouveau président surveille de près l?adoption par le Parlement du projet de loi qui déterminera le processus de liquidation.

Selon l?historien Ronald Rudin, le 13 août 1880, date à laquelle une assemblée des actionnaires est convoquée pour élire trois liquidateurs, « l?assemblée, à la grande surprise d?Archambault et de nombreux actionnaires refuse de désigner des liquidateurs et choisit plutôt, par une faible majorité, de refaire de la banque une entreprise florissante ». Archambault ne réussit pas à convaincre les actionnaires qui sous-estiment les mauvaises créances de la banque et refusent d?envisager la fermeture où ils auraient tout à perdre. Il est remplacé à la présidence du conseil d?administration de la Banque Ville-Marie en juin 1881 par William Weir, qui occupera ce poste jusqu?à la faillite de la banque en 1899. À l?arrivée de Weir, tous les administrateurs francophones seront peu à peu remplacés par ses amis anglophones.

À la fin de l?année 1884, après huit années à la présidence de la Société des artisans, Archambault démissionne et présente son successeur à l?assemblée. Les 144 membres élisent alors l?échevin Joseph Lamarche, tôlier-couvreur de Montréal, à la présidence. Âgé de 55 ans, Archambault retourne à son métier d?entrepreneur de construction ; la prospérité revenue multiplie les chantiers. Quinze ans plus tard, à 70 ans, il se fait cultivateur, probablement à Saint-Ours, sur le Richelieu.

Même après avoir quitté la présidence, Archambault continue de participer aux assemblées de la Société des artisans. Ses membres passent de 103 en 1884 à 676 en 1888. Cette même année, on amende l?article premier de la constitution afin de pouvoir recruter les membres des professions libérales. L?effectif s?accroît plus rapidement : on compte 1 651 membres en 1889. Pour la première fois, la société peut diminuer la contribution mensuelle à l?assurance sur la vie, la faisant passer de un dollar à 0,85 $, et les bénéficiaires pourront toucher 1 000 $.

Après avoir assisté régulièrement aux congrès annuels de la Société des artisans, Archambault meurt à Saint-Eustache le 2 octobre 1906, à l?âge de 77 ans, soit deux mois avant le trentième anniversaire de la société. Il est inhumé au cimetière de Notre-Dame-des-Neiges à Montréal. Dès le mois de novembre, le conseil général lance une souscription pour élever un monument au fondateur. Le buste de Louis Archambault, ?uvre d?Alfred Laliberté*, sera dévoilé le 12 septembre 1909.

À la mort de Louis Archambault, les 30 000 sociétaires forment la plus forte association mutuelle canadienne-française. Plusieurs milliers de personnes assistent aux funérailles. Les messages de condoléances soulignent tous ses origines sociales modestes ainsi que ses sentiments religieux, patriotiques et humanitaires. Ce qui caractérise « l??uvre de cet ouvrier », au dire des mutualistes de la société, c?est son caractère « fraternel, national, religieux et démocratique ». 
ARCHAMBAULT, Louis (I3821)
 
382 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. GLABER, A. (I201054)
 
383 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I175602)
 
384 Aristide SYLVESTRE, 54
e
cours, médecin
(1873-1903)
Né à Saint-Barthélemi le 7 août 1873.
Il est le fils de Pierre SYLVESTRE,
cultivateur, et de
Amélina BRÛLÉ.
Étudia au Collège de l'Assomption de 1889 à 1895.
Décédé le 18 juin 1903,
à Montréal. Il a été inhumé à Saint-Barthélemy.
Avait épousé Juliette MOUSSEAU, fille
de Atchez MOUSSEAU, cultivateur,
et de Ida HÉTU, à Berthier, le 6 novembre 1899.
Il est le frère de Adolphe SYLVESTRE (
57e), de Paul SYLVESTRE (66e), de
Edmond SYLVESTRE (69e) et
de Avila SYLVESTRE (79e)
Mise à jour de la biographie : 15 février 2014. 
SYLVESTRE, Arisitide (I133633)
 
385 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PERKINS, K. (I105698)
 
386 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PERKINS, M. (I105699)
 
387 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLANT, G.A. (I7900)
 
388 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I241781)
 
389 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, D.M. (I7359)
 
390 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I161143)
 
391 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I3194)
 
392 arrivé 15-07-1617; épicier et apothicaire à Port-Royal en Acadie 1606-1607 et 1611-1613 puis à Québec; procureur du roi 1621; concession du fief du Sault-au-Matelot à Québec 04-02-1623 (érection en fief noble 28-02-1626); concession du fief St-Joseph ou Lespinay (sur la rivière St-Charles près Québec) 28-02-1626.
n vers 1575, Paris, France 
HÉBERT, Louis (I42996)
 
393 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I1109)
 
394 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I1722)
 
395 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. HÉTU, G. (I43495)
 
396 Arrivé au Canada le 18 aoûy 1665 à bord l'Aigle d'Or de Brouage. SOUCY, Jean (I42105)
 
397 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I16637)
 
398 arrivé capitaine de la compagnie de St-Ours au régiment de Carignan septembre 1665, capitaine au Canada 17-03-1687 et 25-03-1694, garde-marine 01-01-1693, chevalier de St-Louis 01-06-1704, retraite 09-06-1708; au rec.81, à St-Ours; concession de la seigneurie de L'Assomption (pour son fils Louis, héritée par son père) 03-11-1672; concession de la seigneurie de Deschaillons 25-04-1674
n octobre 1640 Veurey-Voroize b 27-06-1641 Notre-Dame de Grenoble, Dauphiné, France
s 21-10-1724 St-Ours 
ST-OURS, Pierre (I42831)
 
399 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. ROGER, R. (I43465)
 
400 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I23659)
 

      «Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 ... 31» Suivant»



Ce site est réalisé grâce au logiciel The Next Generation of Genealogy Sitebuilding, ©, v. 11.0.2, écrit par Darrin Lythgoe 2001-2017.