Les Pelland de la Bretagne aux Amériques

Notes


Arbre:  

Résultats 1 à 100 de 3,046

      1 2 3 4 5 ... 31» Suivant»

 #   Notes   Lié à 
1 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Famille F92118
 
2 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. CHAMPAGNE, A. (I94811)
 
3 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I121906)
 
4 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I25521)
 
5 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE MONFERRATO, O.I.M. (I208879)
 
6 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE MARMION, P. (I162098)
 
7 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE MARMIRON, R. (I162106)
 
8 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE DREUX, R.I. (I61627)
 
9 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE SALISBURY, W.F.E. (I181081)
 
10 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I195804)
 
11 OTHER TITLES:
Seigneur de Châtillon-sur-Marne

BIOGRAPHY
Gaucher III de Châtillon was the son of Gui II de Châtillon, seigneur de Châtillon-sur-Marne, and Adéle de Dreux, dame de Montjay. In 1196 he married Elisabeth, comtesse de St.Pol, daughter of Hugues IV Candavène, comte de St.Pol, lord of Didymotika and Jolande de Hainault. Gaucher and Elisabeth had two sons and three daughters, of whom both sons and a daughter would have progeny.

Gaucher and his son Hugues were mainly responsible for the fortifications around Crécy. They structured the city to give it the organisation still in existence, with its three districts: the castle, the borough and the market. Each district was protected by lines of ramparts and their ditches, the river also acting as a barrier. Gaucher was Grand-Bouteiller (Master of Ceremonies) of France and of Champagne (nominated by Thibaut III, comte de Champagne), and seneschal of Burgundy (nominated by Eudes III, duke of Burgundy).

At the beginning of the Albigensian Crusade in July 1209 Gaucher took part in the siege of Beziers, in which all the inhabitants of the city were killed by the camp followers of the crusaders. In August 1209 the crusading army of Simon V de Montfort, including Gaucher, besieged Carcassone and forced its citizens to surrender.

Gaucher also fought at the Battle of Bouvines on 27 July 1214, the first great international conflict of alliances among national forces in Europe. In the alliances, which were orchestrated by Pope Innocent III, Philippe II August of France defeated the Holy Roman Emperor Otto IV and his allies, including Dom Ferrante, infante de Portugal and King John of England, so decisively that Otto was deposed and replace by Friedrich II von Hohenstaufen.

In June 1219, during the Albigensian Crusade, Gaucher was killed in the siege of Marmande, in which the city was sacked and all the inhabitants slaughtered. 
DE CHÂTILLON, Gaucher III (I181068)
 
12 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. D'ANTIOCH, B.I.p. (I208814)
 
13 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE ST-POL, H.I. (I181070)
 
14 REMARKS:
Crusader

BIOGRAPHY
Jacques was born about 1150, the son of Nicolas, sire d'Avesnes and Mathilde (Mahaut) de La Roche. About 1180 he married Ameline de Guise, daughter of Bernhard/Bouchard de Guise and his wife Alix. Jacques and Ameline had seven children of whom two sons and three daughters would have progeny.

Constable of Flanders, Jacques joined the Third Crusade under Richard 'the Lionheart'. On 7 September 1191 the Crusaders confronted Saladin's forces near Arsuf in Palestine. This extract from _The History of the Crusades_ by Joseph François Michaud (1853) graphically describes the battle in which Jacques lost his life:

'The Crusaders advanced towards the city of Arsuf, marching over a long but narrow plain, intersected by torrents, ravines, and marshes, and covered in many places with fragments of rock, marine plants, and reeds. They had the sea on their right, and on the left rose the steep mountains of Naplouse, defended by the inhabitants of the country and the troops of Saladin. At every passage of a torrent, at every dune or hillock of sand, at every village, a fresh contest had to be sustained, whilst the Mussulman archers, placed upon the heights, annoyed them unceasingly with their arrows. Richard 'the Lionheart's army marched in order of battle; the cavalry being placed in the centre; whilst the foot, closing their ranks, presented an impenetrable wall to the enemy, and braved their constantly renewed attacks.

'The army of the sultan got in advance of the Crusaders, and laid waste everything in their way; exhausting their efforts and ingenuity to retard, or entirely stop their march. Across the plain of Arsuf flowed a torrent which cast itself into the sea near the ramparts of the city; and not far from this torrent, a wood of oaks, which historians call the forest of Sarun, and which is believed to be the forest celebrated by Tasso, extended along the declivities of the mountains of Naplouse: it was upon this spot Saladin awaited the Crusaders to offer them decisive battle.

'A part of his army covered the heights, whilst the remainder encamped upon the banks of the torrent of Arsuf. The Christians soon arrived in face of their enemy, and drew up in order of battle. The Danes, Flemings, and Tuscans, commanded by Jacques d'Avesnes, formed the van. Richard marched in the centre, at the head of the English, Normans, Gascons, the Syrian troops, and those of the count of Champagne the rear-guard was composed of French and Germans, under the orders of the duke of Burgundy and Leopold of Austria. Whilst the archers were showering their arrows from a distance, Saladin passed through the ranks, and roused the courage of his soldiers, who replied him with the cries of Allah ac bar! -- God is powerful. Profound silence prevailed in the Christian army; the black cuirasses of the Crusaders seeming to darken the horizon, whilst sixty thousand swords gleamed out from amidst clouds of dust. All at once the Christian infantry opened their ranks, and the cavalry rushed forward towards the enemy, drawn up on the banks of the torrent of Arsuf. Jacques d'Avesnes, who commanded them, penetrated twice into the closely-pressed ranks of the Saracens, and twice was compelled to retreat in disorder. At the third charge his leg was severed by the stroke of a sabre, but he still pursued the infidels, when the arm with which he fought was struck off at a blow. The Christian hero fell amidst the enemy, calling aloud upon Richard, and conjuring him to avenge his death.' 
D'AVESNES, Jacques (I181089)
 
15 REMARKS:
his parentage is contradictory in Isenburg and Schwennicke

BIOGRAPHY
Luitpold, called 'der Erlauchte' (the Illustrious), was the first margrave of Austria from the House of Babenberg. He was a count in the Bavarian Donaugau and first appears in documents from the 960s as Liupo, a faithful follower of Emperor Otto I. His descendance is disputed, though an affiliation with the ducal Luipolding dynasty is possible.

After the insurgency instigated by Heinrich II 'der Zanker', Herzog von Bayern, in 976 against Emperor Otto II, Luitpold was appointed as a largely autonomous 'Margrave of the East' (Markgraf von der Ostmark), the core territory of the later archdukedom of Austria. His residence was probably at Pöchlarn, but possibly already at Melk, where his successors resided. The territory, which originally had only coincided with the modern Wachau, was enlarged in the east at least as far as the Wienerwald.

Luitpold married Richiza, who was possibly the daughter of Ernst IV, Graf von Sualafeldgau. They had several children, of whom Ernst and Adalbert are recorded with progeny.

Luitpold was killed in 984 at Würzburg in Franconia by an arrow shot directed at his cousin Heinrich von Schweinfurt, Markgraf auf dem Nordgau.
www.genealogics.org 
OSTMARK, Luitpold Markgraf von der (I208870)
 
16 .06.1888 n? PELLEN, Bernadine M (I81324)
 
17 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, D.C.M. (I4599)
 
18 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I76604)
 
19 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. FRANKLIN, M.M. (I19385)
 
20 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLANT, K.L. (I41318)
 
21 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I240796)
 
22 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I183449)
 
23 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I16444)
 
24 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. GAUTHIER, T. (I208530)
 
25 Alexis Pellant was working for the NWC when he came across the Rockies onto the Pacific slopes in 1819 with Angus Bethune and Peter Skene Ogden. He was likely on the brigade for the following year he was re-engaged to work with McTavish, McGillivray & Co. at English River for two more years.

http://ubc.bcmetis.ca 
PELLAND, Alexis (I133)
 
26 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, N.J. (I19314)
 
27 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I238777)
 
28 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, A.B. (I185395)
 
29 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, A.G. (I7816)
 
30 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. HOULE, N.L. (I235236)
 
31 Bougeren (Bougrand et Beaugrand) dit Champagne, Jean :

Né vers 1641 d'origine inconnue, mais son surnom de Champagne nous indique sans doute sa province d?origine.
Il s?établit à Saurel et prend pour épouse vers 1670, Marguerite Samson, dite Pénisson aussi d'origine inconnue; En 1668 à Sorel. Les documents de ce mariage son introuvables.
En 1675, on le retrouve à Dautray, ou est baptisée sa fille Marie.
Sur un contrat passé devant le notaire Adhémar le 25 juin 1676, il signe son nom : «gean bougeren».

Cette famille est inscrite au recensement de 1681, dans la seigneurie de Villemur (Berthier), Jean est dit avoir 40ans, Marguerite Samson sa femme 32ans, le couple a 3enfants; Jean, 9ans; Charles, 7ans; Marie, 6ans. Le couple possédait deux vaches et avait trois arpents de terre en valeur.

Jean Beaugrand décède à Berthier et est inhumé le 5 décembre 1699 à Sorel.
Sa femme sera inhumée le 24 juillet 1721, à L'Île Dupas pour Tanguay et à Sorel pour Jetté.
Ménage établi à Berthier-en-haut. (3 enfants).
1)-Jean, né vers 1672. Il épouse Françoise Guignard, fille de Françoise Tierce et Pierre Guignet vers 1697 à Sainte-Geneviève, Berthierville . Il épouse en seconde noce Catherine Horé le premier février 1717 à La-Visitation, Ile-Dupas.
2)-Charles, Baptisé le 16/02/1673, à Sorel.
3)-Marie, Baptisée le 29/07/1675, à Sorel. 
BEAUGRAND, Jean (I41967)
 
32 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. LANDRIGAN, C. (I77726)
 
33 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. CHAN, C.M.O.S.L. (I206844)
 
34 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. CHENETTE, C. (I196586)
 
35 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I106652)
 
36 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I143628)
 
37 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DESAULNIERS, C. (I207090)
 
38 contrôleur général des finances 1457, 1460, Il possédait des maisons à Paris et des terres aux environs; au terroir du gibert de Saitn-Martin des Champs, des vignes au pont de Chatou DE MARLE, Jean (I199394)
 
39 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. LEPSCIER, J. (I166429)
 
40 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I86468)
 
41 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, H.C. (I7595)
 
42 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I197006)
 
43 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. CALIPEL, J. (I200716)
 
44 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. LIPSIEA, H. (I202728)
 
45 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I15894)
 
46 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DRALEAUS, R. (I183442)
 
47 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I8756)
 
48 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. LABELLE, É.M.F. (I14829)
 
49 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, S.P. (I17574)
 
50 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I200173)
 
51 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE JOYEUSE, F. de Champigneulle (I61470)
 
52 Geoffroi Ier d?Apremont seigneur d?Aspremont et Dun, né en 1162, décédé le 20/6/1222.

En 1198, il abandonne son droit forestier au chapitre de Verdun. Enseveli en la cathédrale de Verdun. En 1198, il fit

une donation à l'église de Verdun, du consentement d'Isabeau de Dampierre, sa femme.

x Elisabeth (Isabelle) de Dampierre née vers 1150/1160, décédée en 1228

fille de Guillaume Ier de Dampierre seigneur de Dampierre

et Irmengarde de Monchy de Saint Dizier

ou de Guy Ier de Dampierre et Helvide de Baudémont

Geoffroi Ier succèdera donc à son père mais à son décès, sa veuve assurera la régence de la famille d?Apremont

avec Renard II de Choiseul qui s?intitule dès lors « tuteur de la terre d?Apremont » et qualifie Gobert VI de

« neveu »

Les Choiseul seraient alliés aux Apremont par l?intermédiaire des familles Neuviller - Aigremont et de

Nancy

http://users.skynet.be/am035431/pages/5%20Les%20Premiers%20Seigneurs%20dApremont/Apremont.html 
D'ASPREMONT, seigneur d'Aspremont et Dun Geoffroi I (I61646)
 
53 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. CHAMPAGNE, P.E. (I190470)
 
54 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND-MARCOTTE, M. (I18055)
 
55 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I181005)
 
56 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I85696)
 
57 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. CERESIA, G.B. (I201894)
 
58 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I4571)
 
59 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. AUBIN, M. (I222215)
 
60 Le Journal de Montréal, QC

HOULE (née Latrémouille), Denise 1925 - 2008 À Montréal, le 20 décembre 2008, est décédée madame Denise Houle, à l'âge de 83 ans. Elle s'est éteinte paisiblement à son domicile à la suite d'une brève maladie, entourée de l'amour de ses enfants. Elle était l'épouse de feu Louis-Charles Houle, policier mort en devoir en 1957. Elle laisse dans le deuil ses trois enfants adorés Diane (Ian D. Rutherford), Yolaine et Louis-Charles (Odette Gravel), son unique petit-fils dont elle était si fière Louis-Vincent (Gabrielle Mankiewicz), son frère Yvon (Fernande Clermont), ainsi que de nombreux neveux et nièces, parents et amis. Denise était une femme exceptionnelle, reconnue pour son beau sourire, sa grande générosité et son amour de la vie. Pour certains d'entre nous, elle aura été une mère et une grand-mère, une compagne de vie, une amie, une confidente, elle était une Grande Dame. L'héritage exceptionnel qu'elle nous lègue viendra combler le vide immense laissé par son départ. Tout comme elle nous a appris à vivre, elle nous aura appris à mourir. Les funérailles auront lieu le lundi 29 décembre 2008 à 17 h 30 en la chapelle du complexe funéraire La famille sera présente à compter de 14 h pour recevoir les condoléances. Parents et amis sont invités à se joindre à la famille pour une réception qui suivra la célébration eucharistique. Des dons à la fondation québécoise du cancer ou à l'Association d'entraide Ville-Marie Inc. seraient appréciés. Parution: 2008-12-27 au 2008-12-27 dans La Presse - 1672775 
LATRÉMOUILLE, Denise (I207530)
 
61 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I178609)
 
62 Louis de Montjoye, fut un illustre membre de la famille. Fils plus ou moins légitime du second des Guillaume, il releva à son tour le patronyme en prenant part à un terrible siècle d'histoire qui ensanglanta le continent. Chevalier comme ses pères, membre du célèbre ordre savoyard des Chevaliers de l'Annonciade, entré dans les annales pour être devenu Grand Maréchal de l'Eglise Romaine au service de l'Antipape Clément VII, en ce temps nommé précipitemment en Avignon, par opposition à l'élection contestée à Rome du Pape Urbain VI. Louis était alors son neveu. Il deviendra également Conseiller et Chambellan du roi de France Louis Ier. Le sire de Montjoie s'illustra dans toutes les guerres, et surtout par sa campagne d'Italie aux côtés de Louis d'Anjou, où il mena les Savoyards à Vintemiglia mais fut fait prisonnié à son tour à la bataille de Mariano, ses nombreuses victoires au combat néanmoins lui valurent les honneurs de Vice Roi du Royaume de Naples et de Sicile par la grâce de la Maison d'Anjou. La famille se révolta sous son règne contre l'Evèque de Bâle Jean de Vienne, et brisa le lien qui les soumettait au Comté de Neuchâtel. Le domaine famillial avait le statut de Baronnie et le droit de battre monnaie, et possédait nombre de péages dans les Alpes. Malgré que sa liberté fut conquise, Louis mourut sous les armes de Neuchâtel, aux environs de 1425 et de la fin du schisme en Occident, on lui accordait alors plusieurs héritiers, on peut voir encore en Avignon l'imposant mausolée où repose depuis lors son corp et quelques vieilles reliques comme la Vierge d'Avignon rapportée des campagnes d'Italie.

Louis de Montjoie, (? - Avignon le 23 juin 1415/25), conseiller et chambellan du roi de France, vice roi des royaumes de Sicile et de Naples.

Durant sa vie Louis fait de la baronnie qui était de franc-alleu un fief oblat à l'empire6, c'est-à-dire qu'il l'offre volontairement à son suzerain et n'en recueille que l'usufruit, dans ce type d'accord il était stipulé qu'à l'extinction de la lignée mâle le fief devait retourner au suzerain mais par une grâce spéciale, dans le cas de Montjoie, elle ne sera remise au suzerain qu'après la disparition de la lignée féminine. Ce fief oblat avait été choisi par Louis pour protéger ses intérêts lors de ses fréquents déplacements hors de la baronnie, dans son cas c'est l'empereur lui-même qui devrait défendre le fief1.

Malgré ses titres Louis de Montjoie ne devait pas échapper à la colère de Thiébaud VI de Neuchâtel-Bourgogne. Au milieu de l'année 1373 ce dernier capture et enferme Louis dans sa forteresse de Blamont pour venger l'évêque de Bâle, Jean de Vienne, auquel Louis avait enlevé le château de Soyères et pour les dégâts qu'il avait causés sur les terres de Neuchâtel-Urtière qui avait pris le parti de l'évêque. Sur l'intervention d'Isabelle de Neuchâtel Louis est libéré le 26 juin 1373, en échange d'une caution garantie par deux otages envoyés prendre sa place en prison. Une fois la caution payée, et régulièrement, les sires de Neuchâtel-Bourgogne obligeront le seigneur de Montjoie à faire acte de soumission envers eux en ouvrant les portes de sa ville et en présentant les clés de celle-ci à leur envoyé1.

Mais Louis, gardant des griefs contre l'évêque, lui livre combat à Verner en 1374. Il fait prisonnier Petreman Schaller, frère de l'évêque, Aymon de Domprel et Valter de Colombier. Vingt seigneurs, parmi lesquels les comtes de Habsbourg et les Neuchâtel-Bourgogne, se porteront garants pour la libération du frère de l'évêque et huit gentilshommes se présenteront comme otages en lieu et place d'Aymon et de Valter. Louis ne fera la paix avec l'évêque de Bâle qu'en 1383. Dans le traité de paix Louis y est nommé "noble et courageux baron Louis de Glère, maréchal du pape Clément VII à Avignon", c'est le plus ancien titre où le sire de Montjoie est qualifié de baron, ils garderont ce titre jusqu'au XVIIIe siècle, alors que jusque là les sires de Montjoie se qualifiaient de "noble" ou de "chevalier"1.

En 1382 Louis s'oblige à tenir à disposition de Léopold III de Habsbourg la forteresse de Moron qu'il possède par engagement de son cousin Berthod de Glère. En 1404 Louis reçoit l'investiture de cette forteresse pour lui et ses héritiers. Huit ans plus tard, par un acte donné à Ensisheim, Jean Ier de Montjoie et Louis se voient remettre en fiefs les châteaux et les terres de Moron, d'Heymersdorf, le quart des biens d'Hirsingen et de Ruederbach, les mairies de Mittelmuspach, Nidermuspach et Odermuspach (tous trois du canton de Ferrette), les villages de Recouvrance et de Grône (du canton de Belfort) et la ferme de Riespach1.

Mariage et succession : Il épouse en septembre 1360 Jacobée/Jacquette, fille de Pierre de Cly, de qui il a :

Jean Ier, (? - 1438), héritier de Louis pour le château de Montjoie, seigneur de Montjoie et de Bouverans, conseiller et chambellan de Louis d'Anjou en 1405, il épouse le 19 février 1386 Jeanne, fille d'Henri de Villersexel et de Guillemette de Vergy, de qui il a Jean II, seigneur de Montjoie et de Montrond,
Guillaume, (? - 3 avril 1451), seigneur de Vaufrey, Blandereine, Seigne et Châtel-Montjoie, évêque de Béziers de 1424 à 1451,
Jeanne.
wikipedia.com 
DE MONTJOIE, Louis comte (I209366)
 
63 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DUBEAULT, J.C. (I106050)
 
64 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Famille F73310
 
65 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I195653)
 
66 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, V.M. (I105403)
 
67 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, V.C. (I9950)
 
68 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE BOURNEL, seigneur de Thiembronne G. (I210350)
 
69 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I183274)
 
70 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE CHAMPAGNES, C. (I208780)
 
71 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I2636)
 
72 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE GREY, A. (I198738)
 
73 Partage et Abandon Passé entre Piet Trampe père et ses Enfants et Gendres 28 mars 1719
Pardevant Daniel Normandin, notaire royal et garde notte du Roy, résident au Trois Rivières, soubsigné et tesmoins cy-après nommez;
Furent présens en leurs personnes Jean Piet dit Trampe père d'une part; Pierre Piet dit Trampe fils, Anthoine Piet dit Fresnière, Jean Piet dit Courville, Yves Martin dit Penelan, comme mari de Marie Piet, et François Charron dit Ducharme, comme mary de Marguerite Piet sa femme, demeurants à Berthier d'autre part; iceux Piet fils et filles héritiers de deffuncte Marguerite Chemerau leur mère;

Entre lesquelles partyes l'acte quy suit a esté fait c'est à sçavoir que les dits Piet, Penlan et Charron ont reconnu et confessé avoir chascuns et en leur particullier reçu ____ comptant avant les présentes du dit Piet leur père et beau père, la somme de 170 livres ____ leur partdes meubles à eux revenant comme hérittier chascuns à leur égard de la dite deffuncte Chemereau leur mère et belle mère, suivant l'invantaire qui en auroit fait faire le dit Piet leur Père et beau père le 30 ars 1716, et dont chascuns d'eux s'en contente et en tiennent quitte et déchargent le dit Piet leur père du toute, et par ce moyen le dit inventaire ramply à leur esgard;

Et quant aux arrpents de terre scize au dit Berthier sur quarente de profondeur, à prendre de la succession future qui décolle et eschoit du dit Piet et de la dite deffuncte Chemereau, ont esté partagé entre le dit Piet père et les dits Piet,Penelan et Charron par moittié et iceluy partage a eshu au dit Piet père l'arpent de front joignant du costé vers le nord'est à la terre de la succession de feu Legrand Parisien, et l'autrre arpent a esheu au dit Piet, Penelan, et Charron; pour partager iceluy en cinq, il a esté fait cinq billets éguax ___ mis dans un chapeau ___ tirer au sort ___ chasque billet sont de d'une perche de ix huict pieds; le premier billet et lot joignant le dit Piet père a escheu au dit Pierre Piet fils; et le suivant billet et lot a escheu au dit Charron. Le troisième billet et lot a esheu au dit Jean Piet fils; le quatriesme billot et lot a escheu au dit Fresnière; le cinquiesme et dernier lot vers le sud'ouest joignant la terre de Casaubon fils a escheuau dit Penelan; pour jouir en bien à eux séparément ___ portion de terre à perpéttuité comme de leur propre bien et loyal acquest, ainsy que le dit Piet père, à la charge par eux de payer les ens et rentes seigneurialles due sur chascun leur part de terre; Et comme l'arpent de terre à eschoir au dit Piet père vaut plus que celuy à eschoir aux ses enfants de deux cents livre, ____ simple, dans laquelle somme il en revient moittié au dit Piet père et aux dits cinq enfants, les autres ___ quy est pour chascun enfant vingt livres, laquelle somme de vingt livres le dit Piet père a payé à chascun des dits Piet, Penelan et Charron, comptans à la vue du dit notaire et tesmoins, dont chacuns d'iceux se contenete et en quitte et décharge le dit Piet père et tous autres;

Et quant à la succession future du dit Piet père, biens, meubles, meubliers, bestiaux et immeubles, les dits Piet Fresnière et Jean Piet Courville, Penelan et Charon ont par ces présentes renoncé et renoncent ___ tant pour le présent qu'à perpéttuitté et ne prétendent à l'advenir, ni rien demander en la dite succession future du dit Piet père, et consentent dès à p`ésent qu'iceluy Piet père dispose de tous ses biens, meubles, meubliers,, bestiaux et immeubles comme bon luy semblera pour la nourriture et entretien en ___ de quy bon luy semblera. En conséquence de leur dite renonciation et consentement le dit Piet père a ceddé, quitté, dellaissé et abandonné dès à présent à perpettuitté au dit Pierre Piet, son fils, à ce présent et acceptant pour luy ses hoirs et ayant cause à l'advenir, tous ses biens, meubles, meubliers, bestiaux, immeubles présent et advenir quy luy apartiennent et apartiendront pendant son vivant, luy transportant et tous droits qu'il avoir en ____, pour en jouir par le dit Piet sonfils ou ses hoirs et ayant cause dès ce jour d'huy et à perpéttuitté, comme de leur propre bien et loyal acquest; à la charge par le dit Pierre Piet son fils de la nourry, logé et entretenir dans sa maison tant en santé que maladie, pendant le reste de ses jours, de comme il a fait depuis qu'il demeure chez luy, et de faire inhumé son corps après son déceds. Ce à quoy le dit Pierre Piet fils promet et s'oblige de faire et à quoy faire il oblige tous ses biens présents et advenir;

Car ainsy & obligeant & promettant & renonçant & Fait et passé au dit Berthier, maison du dit Piet fils, après midy, le vingt huictiesme mars mil sept cent dix neuf, en présence de Messire Joseph Issembart, prestre missionnaire de l'Isle Dupas et du dit Berthier, de Michel Dagneau ____Sr de Douville, officier en les troupes de la marine, Jean Baptiste Casaubon, et Pierre Latour dit Laforge, tesmoins;

Et ont les dits Piet père et fils, Penelan et Charon, ___ et le dit Latour desclarez ne sçavoir signer de ce enquis suivant l'ordonnance. * ce que la dite Marueritte Piet a promis ___ ratifié dès à présent. approuvé le renvoy. prommettant et s'obligeant le dit Pnelan de faire ratifier incessamment le présent acte à la dite Marie Piet sa femme et d'enm fournir acte en forme.
J Issambert prestre mis. Dagneaux
Casaubon D Normandin notaire royal. 
TREMPE, Jean Piet dit (I16)
 
74 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I23992)
 
75 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. BÉLANGER, K.L.M. (I241245)
 
76 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. GADROW, J.C. (I202207)
 
77 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. NICHOLS, A.K. (I175128)
 
78 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I77208)
 
79 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. RIVIÈRE, P. (I43268)
 
80 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, R.L. (I108032)
 
81 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE QUINCY, 2nd Earl Winchester R. (I198958)
 
82 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE VESC, seigneur de Vesc, de Montjoux R. (I225983)
 
83 ROY Antoine dit Desjardins :
Baptisé le 23 mars 1635 à Saint-Jean de Joigny, 89300, Yonne, Bourgogne.
Il est le fils d?Olivier Roy, maître tonnelier et de Catherine Baudard (Bouldard pour Jetté).
Il épouse en première noce, vers 1657, à St Jean de Joigny , Catherine Byot, fille de Jean- Charles et Madeleine Ciesla.
Ce couple aura 2 enfants:
1)-Jacques, baptisé le 16/11/1658 à St Jean de Joigny.
2)- Edmé, baptisé le 13/03/1660, à St Jean de Joigny.

Nous supposons qu' il s' enrôla dans la compagnie de Froment après le décès de sa femme.
Après son arrivée, la compagnie fut cantonnée à Trois-Rivières jusqu?au départ des troupes en 1668.
Le 20 octobre 1667, les Jésuites lui concèdent une terre à Batiscan.
Suite à son installation, il prend pour épouse, le 11 septembre 1668 à Québec, (Cont. 6, Not. Leconte), Marie Major, fille du roi et fille de feu Jean Major, de son vivant, receveur de la baronnie de Hanqueville-en-Vexin et d?Aubeuf-en-Vexin, et de feue Marguerite Le Pelé, de la paroisse Saint-Thomas du Hâvre-de-Grâce, (de Touques pour Jetté, Dumas et Landry), évêché de Lisieux en Normandie (Calvados).
Arrivée en 1668, cette fille du roi apporta des biens estimés à 300 livres. On n?indique pas si elle a obtenue le don du roi de 50 livres.
Elle fut confirmée le 25 mai 1669 à Québec.
Sur le contrat de mariage devant le notaire Leconte, on nous dit qu?Antoine Roy apporta 100 livres à la communauté conjugale.
C?est exactement l?allocation accordée par le Roi à chaque soldat du régiment de Carignan qui choisissait de s?établir au Canada.
Il retourne en France à l?automne 1678 pour affaires et revient au pays au court de l?été 1679.
À partir de 1680, les choses se gâtent vraiment pour Antoine Roy. Ses créanciers lance la justice à ses trousses et plusieurs sommations par huissiers lui son parvenues.
Au recensement de 1681 à Batiscan, il pratiquait le métier de tonnelier. Il est dit âgé de 45ans, Marie Major, sa femme 41ans; ils ont 1 enfant, Pierre, 2ans; Il possédait deux bêtes à cornes et cinq arpents de terre en valeur.
Il va sans dire, que plusieurs dettes lui valent beaucoup de comparutions devant le juge de Trois-Rivières.
En 1683, il se rend à Montréal, où il loge chez Julien Talua dit Vendamont, à Lachine.
Le 10 juillet 1684, Julien Talua le surprend au lit avec sa femme Anne Godeby et le tue.
Marie Major, après l?assassinat de son mari, cela dû lui briser le c?ur et empoisonner son existence. Traquée par des créanciers impitoyables, dépouillée par eux de sa propriété de Batiscan, réduite à rien, elle va trouver asile à Québec, où Pierre son fils, un adolescent de 15 ans, devra pourvoir à leur subsistance, en exerçant le métier de tonnelier appris par son père.
Marie Major décède à l?Hôtel-Dieu de Québec, le 8 décembre 1689, où elle se trouvait hospitalisée depuis le 16 novembre, tel qu?inscrit au
« Registre Journalier Des Malades qui viennent, sortent et meurent dans Lhotel Dieu de Kébec an Lannée mille six cent quatre vingt neuf, Commençant au mois de Juin de La mesme année ».

Ménage établi à Batiscan. (1 enfant)
1)-Pierre, né vers 1679.

Transcription de l'anglais par AltaVista -Babel Fish traducteur en ligne

Antoine Roy a beaucoup de descendance en Nouvelle-France.
Avec son épouse Marie Major, ils ont eu seulement un fils, Pierre mais ce dernier s'est marié trois fois et a eu 15 enfants
Antoine Roy dit Desjardins vient de la paroisse catholique romane de St Jean, dans la ville de Joigny en Bourgogne, France. Joigny est localisée approximativement à 90 kms au sud-est de Paris, sur la rivière l'Yonne.
La commune de St.-Jean fait parti de l'archidiocèse de Sens.

Antoine a été baptisé par le Père Paul Lery, prêtre de la paroisse de St.-Jean,
le 23 mars 1635 Ses parents sont Olivier Roy et Catherine Bauldard.
Ses grands-parents maternels sont Antoine Baulard et Marie Collar.

Olivier Roy et Catherine Bauldard ses parents se sont mariés en 1625 ou 1626, Car le registre de la paroisse de St Jean donne la naissance du premier enfant, une fille nommée Catherine, baptisée en 1627. Le même registre indique que, Antoine a sept s?urs et deux frères, il était le sixième enfant né de la famille.
La mère d'Antoine, Catherine Bauldard est morte le 20 décembre 1659.
Olivier Roy est mort le 6 décembre 1661. Leurs dates de naissance sont inconnues

Plusieurs hommes, qui étaient aussi soldats du régiment de Carignan deviendront associés à Antoine, dans les années suivantes. Dans ceux-ci ont compte Jean Gely dit Laverdure, Jacques Babie dit Larivière ,Laurent Cambin, dit Châtellerault, Antoine Adhémar Sieur de Saint-Martin et Michel Roy. Antoine a obtenu, de la part des Jésuites du Cap De-La-Madeleine, une concession (ou "habitation") de terre située dans leur Seigneurie de Batiscan. Cette transaction a été enregistrée le 20 octobre 1667 par le notaire Guillaume de La Rue

Renseignements : "The American-Canadian Genealogist" écrit par Aurore Dionne Eaton, volume 21, numéro 1, Winter 1995, 13 mars 1999
(Tanguay, vol.1, p.533; Jetté, p.1018; Drouin, vol.2, p.1195; Dumas, p.291; Landry, p.344; Sulte, Hist., vol.5, p.61 (2); R.M. Le Régiment de Carignan, p89; George Desjardins s.j., dans MSGCF, vol. VI (2), p.53-77 et 78-92, vol. VII (1),p. 19-30 et 31-54, vol.VII (3), p.143-170, vol.VIII (3), p.179 et (89), p.168; DBAQ, t4, p.303; Langlois, p.457-458) Recensement de 1681. 
ROY, Antoine (I42080)
 
84 Saer de Quincy?s career is illustrative of the complex of ties that held the English and Scottish nobilities together as part of an international chivalric elite whose interests spanned personal and regnal allegiances. The son of Robert de Quincy (d. 1197) and his wife Orabile, daughter of Ness, lord of Leuchars in Fife, he acquired English interests by virtue of his marriage to Margaret (d. 1235), daughter of Robert, earl of Leicester (d. 1190). Another member of his family, an uncle likewise called Saer, had served Henry II in Normandy in the 1180s and his son in turn, also confusingly called Saer, acquired lands in England which eventually were to descend to his namesake.



Saer?s early career was spent mainly in Scotland. In the 1180s and 1190s he witnessed several charters of the Scottish kings and confirmed his parents? grants to Newbattle Abbey, near Edinburgh, and made new gifts to the abbeys of Dunfermline and Cambuskenneth. Following his father?s inheritance of the other Saer?s lands he moved to England and entered the service of Richard the Lionheart, fighting alongside the king in 1198. In 1202 and 1203 he served with John in Normandy, being appointed with Robert FitzWalter joint castellan of the strategic Norman stronghold of Vaudreuil. In the spring of 1203 the pair, offering no resistance, surrendered the castle to King Philip of France, who was then over-running Normandy, and John in disgust refused to contribute to their ransom. There is evidence that Saer and Robert may have contracted a relationship of brotherhood-in-arms: Saer?s arms before he became earl bore a small shield bearing Robert?s arms of a fess between two chevrons, while Robert?s surviving seal carries the arms adopted by Saer after he became an earl.



In 1204 the death without issue of his brother-in-law, the earl of Leicester, brought a dramatic improvement in his fortunes, as the earl?s heirs were his two sisters, one of whom was Saer?s wife. By 1207 a partition of the family?s estates had been made, and Saer, by right of his wife, found himself taking over valuable and extensive lands in the English Midlands, the other part of the inheritance going to the second sister, the wife of Simon de Montfort the elder. In recognition of his enhanced status, Saer was awarded the title of earl of Winchester. From this time on, he was often employed in John?s service, leading an embassy to Scotland in 1212 and acting as justiciar between 1211 and 1214.



Despite his apparent closeness to John, however, he had unresolved grievances relating to properties of which he felt he had been deprived, notably Mountsorrel castle in Leicestershire, a part of his wife?s inheritance that King John had denied him. In 1215 he went over to the opposition, joining their ranks at his principal residence of Brackley (Northants.). He marched with the rebels to London and was present at Runnymede. When war erupted again in October between the king and his opponents, he and another of the Twenty Five, the earl of Hereford, headed an embassy to France to seek French assistance and to offer the crown to Philip?s son, Louis. In January 1216 he returned to England with a force of French knights, followed in May by the dauphin and his army.



Although John?s death later in the year presented an opportunity for reconciliation between rebels and royalists, Quincy remained steadfast in his allegiance to the former and their champion Louis. In the spring of 1217 he learned that his rival, Ranulph, earl of Chester, was besieging Mountsorrel, and on 30 April he and FitzWalter led an army to its relief, only to find on arrival that the siege had been lifted. They then turned east to attack the royalist-held castle of Lincoln, unaware that a royal army was coming to its relief, and under the walls of Lincoln, on 20 May, they were defeated. Saer himself was taken prisoner. In September he was released as part of the general settlement and he went on to play a respectable part in the Minority government of Henry III. In November he was a witness to the reissue of Magna Carta and issue of the Charter of the Forest.



In the spring of 1219 he embarked on crusade to assist in the siege of the Egyptian port of Damietta in the company of his son Roger, Robert FitzWalter and William, earl of Arundel. Soon after his arrival in Egypt, however, he fell ill, and he died on 3 November. In accordance with his instructions, he was buried at Acre and the ashes of his organs returned to England for interment at Garendon Abbey (Leics.), of which he was patron.



Saer?s career affords a good illustration of the role that a dispute over property could play in determining political allegiance. The same point emerges with equally clarity from other periods of instability in the Middle Ages, notably the civil war of King Stephen?s reign in the 1140s. Saer was one of the most experienced administrators in the ranks of the opposition, having served as a baron of the exchequer and a justice of the bench, and was heavily involved in the negotiations with the king that led to the making of Magna Carta. 
DE QUINCY, 1st Earl of Winchester Saher (I198073)
 
85 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DESROCHERS, C. (I233457)
 
86 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. TROUSSEBOIS, G. (I237098)
 
87 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. DE GUINES, S.l.d. (I198701)
 
88 Signataire à une invitation patriote à Berthier le 08 juin 1837. (Vin 13-06-1837) PELLAND, Pierre Nolasque (I219)
 
89 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. BUCKLEY, V.M. (I49832)
 
90 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. COMYN, W. (I198970)
 
91 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. EVERLETH, J.L. (I251990)
 
92 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I117341)
 
93 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. CERESIA, A.G. (I201895)
 
94 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, M.W. (I18635)
 
95 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. PELLAND, M.A. (I7360)
 
96 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. CLAIRMONT, T. (I181007)
 
97 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I138144)
 
98 Vente et Abandon fait par François et Jacques Pellant, Michel et Alexis Boucher, leurs femmes et Louis Pellant 26 mars 1757 notaire Monmerqué
Par devant Cyr de Monmerqué, notaire royal en la jurisdiction royalle de Montréal soussigné, résident à Berthier et tesmoins en fin nommés; Furent présens Jacques Martin dit Pellant, habitant du dit lieu , Marie Ursule Durand sa femme, François Martin dit Pelln et Marie Thérèse Laporte sa femme, Michel Boucher, habitant du dit lieu et Marie Anne Martin, et Alexis Boucher, aussy habitant du dit lieu et Marie Geneviève Martin, lesquels femmes de leur mary authorisés pour l'effet des présentes;
Lesquels ont vollontairement reconnus et confessé avoir sollidairement entr'eux par les présentes ___ sans division ny dissension ny ______ avoir vendu , cédé, quitté et abandonné dès maintenent et à à toujours, promis et promettent sollidairement et sous la caution sollidaire et réciproque de tous uns et chacuns leurs biens meubles immeubles présent et à venir, garentie de tous troubles, dette, hypotèques, éviction, substitution, alliénation et tous autres empeschmens générallement quelconque à Louis Pellan habitant du dit lieu et Marie Catherine Martin sa femme qui est authorisée pour l'effet des présentes, à ce présent et acceptans acquéreurs pour luy, leurs hoirs et ayant cause, chacun leur part et portion de terre qu'il leur a été léguée ___ de deffunt Yves Martin leur père et beau père, tant meubles qu'immeubles, comme aussy ont pareillement cédé, quitté et abandonné tous leurs droits successifs qu'ils peuvent espéreer de la succession future de Marie Piette, leur mère et belle mère, qu'immeuble, trouvé en la concession de Berthier ainsy que les dites prétentions cy dessus vendu et abandonné, se poursuivent et comportent sans en rien retenir, réserver ny exepter par les dits cédans en faveur de les dits acquéreurs dit bien scavoir et connoistre, et s'endit comptant et satisfait _______________ dont ils sont compant et satisfait ____ dessus, vendu en la censive de la seigneurie de Berthier, envers le domaine d'icelle chargé des cens et rentes et devoirs seigneuriaux portés par le contract de vente; cette vente, cession et abandon et déslaissement aussy faite à la charge de payer à l'avenir les dites cens et rentes et devoirs seigneuriaux en proportion de la totalité porté par le contract de concession; quitte et nette des dits cens et rentes et devoirs seigneuriaux de tout le passé jusqu'à ce jour; et outre pour et moyennant le prix et somme de cent livres qui est pour chacuns des dits vendeurs, celle de vingt cinq livres, qu'ils reconnoissent chacun d'eux avoir reçu avant la passation des présentes, dont ile en quittent et déchargent les dits acquéreurs et tous autres générallement quelconque dont quittance; Et prendre soin de la dite Marie Piette leur mère et belle mère tant en santé que malade, de luy fournir ______ de fournir aussi suivant sa qualité et sa condition et de payer les detted sy aucune se trouvent au jour de déced; ce quoy les dits acquéreurs ont promis ___ par ces présentes ___ d'accomplir les dites __ dessus sont hypothèqué de tous leurs bien meubles et immeuble présent et à venir;

Au moyen de tout ce que dessus les dits vendeurs et cédans ont cédé, quitté, transporté et deslaissé dès maintenant et à toujours tous et tels droits de propriété, fond, très fond, nom, raison, et action, saissine et possession, voulant et consentant les dits vendeurs et cédans que les dits acquéreurs en soit et demeure les seuls propriétaires comme un bien à luy appartenant et provenant de loyal acquest; à commencer la dite jouissance des dites prétentions cy dessus vendu lorsque partage en sera fait et prétentions cy dessus abandonnées au jour de déced de la dite Marie Piette leur mère et belle mère , luy en faisant dès à présent les dits vendeurs et cédans , toutes démission, rétrocession, transport, requis et accoutumé;

Constituant à cette effet leur procureur général et spécial le porteur des présentes, auquel ils ont donné et donnent tout pouvoir.

Car ainsy & Promettant & Obligeant & Renonçant & Fait et passé au dit Berhier, maison des dits acquéruers, après midy, l'an mil sept cent cinquante sept, le vingt six mars, en présence de Pierre Gigot, _____ , et Antoine Rocy, aussy ___ tous deux tesmoins demeurant au dit lieu et tesmoins à ce requis qui ont signé avec le dit notaire, à la réserve des dits vendeurs et les dits acquéreurs qui ont desclarés ne scavoir escrire ny signer de ce enquis lecture faite suivant l'ordonnance.
Gigot Antoine Rocy
Monmerqué notaire Royal. 
PIET, Marie (I2)
 
99 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. EGYPT, H.I.o. (I198314)
 
100 Au moins une personne vivante ou marquée privée est liée à cette note - Les détails ne sont donc pas publiés. Privée (I126327)
 

      1 2 3 4 5 ... 31» Suivant»



Ce site est réalisé grâce au logiciel The Next Generation of Genealogy Sitebuilding, ©, v. 11.0.2, écrit par Darrin Lythgoe 2001-2017.